Accueil du site PATRIMOINE LO GAROU
 

Lo Garou 2014

Article publié le mercredi 16 avril 2014.


Lo Garou, le festival naturel

Sous un beau soleil printanier et dans son écrin de garrigue, le festival des charbonnières à Ste Croix de Quintillargues, a obtenu le label d’événement remarquable. Un écosite de 16 hectares en pleine nature, aménagé et valorisé par la section patrimoine du foyer rural Les Quintillades, composé de parcours reliant différents vestiges de patrimoine vernaculaire a accueilli cette manifestation pour sa cinquième édition. Tout au long des sentiers, les bénévoles actifs devenus animateurs compétents, ont partagé leurs connaissances de ce milieu des garrigues si anthropisé et si varié. Depuis longtemps chacune et chacun a développé sa passion sur tel ou tel savoir ou savoir-faire.

Vingt thèmes différents ainsi que 3 expositions allaient être présentés au public, avec l’appui de deux autres associations de patrimoine venues partager leur expérience sur les pierres sèches et sur l’huile de cade et de poix. Au total, plus de 30 animateurs s’étaient préparés à recevoir un public passionné et curieux, tout en privilégiant les échanges. Dès le début de la matinée de nombreux groupes investirent l’accueil. Très vite les deux circuits proposés se remplirent de personnes de tous âges qui allaient découvrir toute la valeur d’un parcours riche d’étonnements. Ainsi, tout au long de la journée, plus de 800 participants rencontrèrent les animateurs et échangèrent connaissances et expériences sur les différents ateliers. A midi, un apéritif « garrigantuesque » accompagné par la puissante et typique chorale des Cocuts, permit à tous se retrouver pour un moment de convivialité.

Ainsi par petits groupes, en famille, en couple ou parfois seuls, les visiteurs ont continuellement passé et surtout échangé avec le faiseur de poix, la vannière, la teinturière, le chaufournier, les charbonniers, et même le pyromane, ainsi que sur la dendrochronologie, la distillation, les sirops naturels, ou ont dessiné avec des fusains « fait-garrigue ». Beaucoup sont restés longuement avec les ouvriers du gazogène, intrigués par cette grosse machine datant des années 40. Les plus jeunes ont cherché les traces d’animaux, thème d’un jeu de piste. Les plus poètes ont rêvé dans la galerie clairière photo.

Les garrigues attirent du monde, une envie de connaître ce milieu semi naturel est réel. Cette manifestation, Lo Garou, vient de le prouver de la manière la plus éclatante. La présence de classes des écoles environnantes, venues en amont voir l’allumage de la charbonnière, démontre aussi l’intérêt porté par toutes les générations à notre environnement proche, mais si longtemps ignoré.

Le festival des charbonnières Lo Garou, festival de bénévoles actifs et passionnés, acteurs des savoir-faire anciens, en répondant à cette demande de plus en plus forte de nature, s’inscrit dorénavant pleinement dans le paysage vivant des garrigues.

Galerie photo : ici

Cette année nous avons eu de grandes nouveautés.

La fabrication de la poix

Pline l’Ancien rapporte qu’on extrait la poix liquide par distillation de la résine de pin cembro ou d’épicéa, bois très résineux. Cette poix liquide est employée en Égypte pour la momification des corps. La poix liquide peut être réduite au feu et coagulée au vinaigre, et sert alors à imperméabiliser les amphores. Les Grecs calfatent les navires avec de la poix mêlée de cire. La poix est un goudron résultant de la " distillation " de la résine des conifères selon des processus chimiques complexes.

Elle était utilisée : pour " calfater " les coques des bateaux en bois (c’est-à-dire pour jointer les planches), pour enduire les fils de chanvre utilisés en cordonnerie afin d’imperméabiliser les trous dans lesquels ces fils étaient introduits. Pour panser les plaies des animaux car la poix est bactéricide et fait fuir les insectes.

Actuellement, elle utilisée pour polir les miroirs spatiaux.

La vannerie

C’est l’un des procédés les plus anciens pour le transport des marchandises. Les charbonniers ont utilisé des objets en vannerie pour transférer les morceaux de charbon dans les sacs sous formes de grand tamis ou vannes (corbeille).

Pierres sèches

Nos garrigues sont remplies de vestiges de constructions ou d’aménagements en pierres sèches. Monter un mur, une cabane de charbonnier ou une capitelle, demande un certain savoir faire. ce sera aussi l’occasion de retaper les murs de soutenement des chemins d’accès aux charbonnières.

Pour suivre les avancées et tout savoir sur les rendez vous concernant le festival et notre activité charbonnière : http://altimara.eu/blog

(JPEG)
(JPEG)
Lo Garou 2014


Forum de l'article